En Savoie, à l'entrée de la Maurienne, les derniers
arpents d'un vignoble séculaire peut-être en voie de disparition..

Nous les avons découverts en 2002, et petit à petit, en
défrichant, taillant, replantant, nous redonnons une image viticole à une partie du coteau d'Aiton.

A nos côtés des vignerons «nés » dans la vigne et, depuis 2015, deux jeunes viticulteurs qui s'installent ! Oui, la vigne va perdurer sur le coteau ! Et c'est bien !

Le promontoire situé au confluent de l'Arc et de l'Isère, composé de terrains sédimentaires (calcaires et marnes) de structure schisteuse ainsi que son exposition plein sud sont propices à la culture de la vigne. Les vins du coteau étaient déjà réputés au  XVIII° siècle.

l'Isère  coule dans la vallée de la Tarentaise, l'Arc dans la vallée de la Maurienne, ces deux rivières délimitent un massif montagneux qui a la forme d'une poule, d'où le nom de notre ferme viticole : les sartos du bec!

 

Aux Sartos du Bec,  nous avons conservé de très vielles vignes de Mondeuse, mais nous cultivons aussi des cépages en voie de disparition tels que Persan, Douce-Noire, Etraire et même du Joubertin !…

 

Nous revendiquons une partie de nos vins en « Vins des coteaux Alpins »,

et depuis les vendanges 2017, ils sont labellisés bio.

 

 

              La vigne, comme un jardin :

tout au long de l'année, nous prenons soin de nos parcelles : le fauchage, bien sûr, mais aussi une taille et un ébourgeonnage au printemps qui va permettre de limiter le nombre de sarments par pieds, une taille en vert si besoin l'été, (on enlève les grappes qui pourraient surcharger le cep), effeuillage certaines années. Les traitements appliqués à la vigne sont à base de soufre et de cuivre, pour diminuer la dose de cuivre, nous utilisons des tisanes et décoctions de plantes, petit pas dans la bio-dynamie. La vendange se fait  manuellement!